frzh-CNendees
  • Accueil

La grotte de Solborde

Imprimer

La reculée de Solborde se situe à moins de 3km de Vesoul, dans le village d’Echenoz-la-Méline.

La grotte, qui donne son surnom de « Trou » au site, est reliée à un réseau d’eau souterrain. Elle abrite une source qui en jaillit en cascade pour se mêler ensuite au ruisseau de la Fontaine du Diable et devenir la petite rivière de la Méline.

En 1663, on y retrouve une statue de la Vierge Marie, cachée là-bas depuis longtemps.  Depuis sa découverte, elle a accompli beaucoup de miracles et a poussé à la construction d’une chapelle où on trouve des preuves de ses prodiges. On peut, par exemple, observer un modèle réduit de bateau, laissé par un certain C.F Henry de Pussy, qui le déposa là suite à son pèlerinage à Notre Dame de Solborde. Il avait promis de s’y rendre s’il rentrait sain et sauf de son voyage en mer.

Le Roi d’Espagne Charles II lui-même certifie en 1666 de son pouvoir dans une charte gravée dans une pierre au chœur de la chapelle :
"La statue de la bienheureuse Vierge Marie étant demeurée de temps immémorial comme cachée et inconnue dans un rocher de Solborde, c'est enfin manifesté depuis trois ans avec éclat et quantité de faveurs et de grâce que beaucoup de personnes ont reçu et ayant eu recours après avoir expérimenté que tous secours humains étaient inutiles pour leur soulagement en telle sorte que tous habitants de nombreux comtés de pour ont été non seulement, tant en général qu'en particulier, lui rendre le respect ou encore une infinité des Pays-Bas, d'Allemagne, de France, de Suisse et de Lorraine. Charte du Roi d'Espagne Charles II aux habitants d'Echenoz la Méline 15 février 1666".

En plus de son intérêt spirituel, le site a aussi un important potentiel géologique ; la reculée de Solborde rassemble la grotte, la cascade et un ensemble de blocs calcaires appelé la Roche des Douze Apôtres qui garderait le site.

Le plateau de Cita

Imprimer

Vous accédez au site par la route de Besançon, entre Navenne et Echenoz-la-Méline.

Le plateau de Cita est un ancien site préhistorique qui domine la vallée du Durgeon. Sa pointe est entièrement protégé par un mur de pierres.
Les hommes logeaient, semble-t-il, dans des huttes de pisé (mélange de terre et de foin) ou de pierres sèches situées soit au bord de la falaise, soit contre les fortifications.

Les randonneurs pourront emprunter le chemin vert, route de Villersexel (21kms à pied ou à vélo) ou faire le tour du plateau (7,5 km, balisage jaune, 2h30 environ) en partant du parking des "4 sapins" à Navenne.

Mis en place en 2012, le parcours santé de Navenne offre la possibilité de se dégourdir les jambes sur un peu plus de 2 km d'itinéraire forestier. De nombreux agrès sont installés sur cet itinéraire, unique dans l'agglomération !

 

randonnee-cita-07042017-75
IMG4998
randonnee-cita-07042017-68
IMG4969
randonnee-cita-07042017-11
Carrieres-de-Cita-8
randonnee-cita-07042017-2
PlateaucitaMairie-Echenoz-la-Meline
Communes-045
Carrieres-de-Cita-6

Le Centre Ancien de Vesoul

Imprimer

Vesoul au fil des siècles

La Motte marque de façon magistrale le paysage vésulien. Autrefois partie intégrante du plateau calcaire situé à l’est de la ville, la bute de la Motte (380m) en fut séparée au cours des bouleversements géologiques (ère quaternaire) qui permirent à l’eau de s’infiltrer dans les failles et d’ouvrir une brèche où s’engouffra le Durgeon. Au cours des millénaires, le patient travail des eaux vives isola la colline de la Motte, butte témoin exemplaire de l’ancien relief, dominant le paysage ouvert par la vallée du Durgeon. Elle est actuellement couronnée par un oratoire et une chapelle, construits pour remercier la Vierge d’avoir protégé la ville de l’épidémie de choléra en 1854.

Le Moyen-Age

Dès le Haut Moyen-Age, la butte de la Motte est couronnée d’un château d’une grande importance stratégique. C’est sur le bas des coteaux que vont s’accrocher les premières maisons qui donneront naissance au bourg, tandis que la vigne couvre les versants bien exposés au soleil.  Vesoul, alors entourée de remparts, est connue pour ses foires, son activité commerciale et judiciaire. Le vin de la Motte était très apprécié des ducs de Bourgogne.

La Rennaissance

Après la destruction de la vallée à la fin du XVème siècle, Vesoul connaît au siècle suivant une période de prospérité. Centre administratif et artisanal, elle devient également l’une des plus importantes villes viticoles de la région.

La ville de reconstruit autour de l’Eglise Saint Georges et de belles maisons s’édifient sur un modèle encore médiéval, celui de la maison rectangulaire flanquée d’une tourelle d’escaliers. Elles s’ornent de fines décorations empruntées au vocabulaire gothique.

Le Siècle des Lumières

Au XVIIIème siècle, la Haute Saône connaît une période de fort développement économique et démographique. Les villages reconstruisent leurs églises et les édifices publics. Vesoul, à cette époque, vit la plus forte expansion de son histoire. La population quadruple et la ville prend un nouveau visage.

Les riches bourgeois modernisent les anciennes maisons de famille en construisant de nouveaux hôtels particuliers aux élégantes façades symétriques.

Pour permettre à la ville de respirer, les rues s’élargissent, des fontaines s’édifient et des places sont aménagées. Avec plus de 40 avocats, Vesoul est alors un très important centre judiciaire.

Le XIXème siècle

Le XIXème siècle voit Vesoul entrer dans l’ère industrielle. Ses activités évoluent : au milieu du siècle, les chemins de fer placent la ville au centre d’un important réseau ferroviaire, d’intérêt : national et local.

Les industries s’installent autour du centre-ville. Les faubourgs se développent entourant un centre historique qui sera toujours préservé.

Vesoul est alors une paisible ville administrative et commerciale, abritant le Régiment du 11ème Chasseurs. Elle revendique alors sa tranquillité et sa qualité de vie.

Les XX et XXIème siècles

Au XXème siècle, Vesoul connaît une forte expansion dans les années 1950-1960, avec l’arrivée de l’usine Peugeot, et la construction de nouveaux quartiers. Dans les décennies qui suivent, la ville se développe, se rénove, et s’équipe d’équipements collectifs dans les domaines de la culture, des sports ou encore des loisirs. La ville étend et diversifie ses activités, au sein d’une agglomération de près de 32000 habitants.

L'architecture vésulienne

La pierre calcaire est le principal matériau utilisé pour les constructions vésuliennes. Un calcaire beige et bleu cohabite avec un calcaire ferrugineux, aux nuances plus rouges.

Ces pierres sont utilisées pour créer des maisons sobres, solides, mais néanmoins élégantes. Après avoir été détruite plusieurs fois avant le XVIème siècle, Vesoul a toujours préféré la solidité à la fantaisie. En témoigne cette devise latine écrite sur un porsche « moderata durant » (ce qui est modéré dure). Le bois est également très présent dans les constructions, le plus souvent dans les arrières cours.

Les lieux emblèmatiques du Vieux Vesoul

La place du palais de Justice

C’est à cet endroit qu’était située la halle de marché de Vesoul. Détruite à la fin du XVIIIème pour aménager une place, elle fut remplacée par l’actuel Palais de Justice. La construction de ce dernier fut le point de départ de la création d’un ensemble architectural, composé du palais de Justice, de l’hôtel Pétremand, et de l’hôtel de Salives.

Formes épurées et symétriques, élégances et sobriété des façades sont les principales caractéristiques de cet ensemble remarquable.

L'église Saint-Georges

L’église Saint-Georges est un exemple très intéressant de l’architecture religieuse du début du XVIIIème siècle en Haute Saône. Sur le modèle de l’église-halle, en vogue à cette époque, les voûtes intérieures sont toutes situées à la même hauteur. Si l’extérieur de l’église frappe par son originalité, l’intérieur est remarquable par sa décoration : l’abside, ornée de superbes boiseries rocaille, répond aux 3336 tuyaux du grand orgue, l’un des plus puissants de la région.

Au fil des chapelles, les époques se croisent et se dévoilent : Pièta médiévale, Mise au Tombeau, Renaissance, Gloire baroque, ou encore Saint Sébastien de Gustave Courtois.

La place de la République

Prolongée par les Allées et les Halles, cette place illustre les aménagements de la ville au XIXème siècle ; de vastes espaces, aérés, permettant la tenue des foires et marchés. Les Halles, couvertes d’une charpente de type Polonceau, novatrice pour l’époque, rappellent la longue tradition du maraîchage et de la culture des céréales autour de Vesoul. Non loin, le Jardin anglais, classé Jardin Remarquable, abrite le long de ses allées sinueuses des essences rares.

 

Visite-vieux-Vesoul-39
120
eglise
Vieux-Vesoul-18
2015-AR-vieux-Vesoul-16
Vieux-Vesoul-16
Vieux-Vesoul-5
Vieux-Vesoul-17
Vieux-Vesoul-4
2015-AR-vieux-Vesoul-12

Le Camp de César

Imprimer

Le Camp de César, aussi appelé "Camp Romain" est un plateau rocheux qui culmine à 380 m d’altitude.

Il est occupé par l’homme depuis la préhistoire comme le prouve la découverte de vestiges archéologiques datant du Magdalénien (17 000 à 14 000 av J.C).

Cependant, en dépit de ce que laisse supposer son nom, le plateau n’aurait jamais été sous l’occupation romaine.

Le flanc sud-ouest de la falaise, appelé "la Côte du Gradion" domine le village de Chariez. Il abrite quelques grottes dont certaines sont accessibles, comme la "Cave de Bourne" : ornée de lierre, elle dispose d’une entrée assez étroite qui s'ouvre sur une chambre de plus de 20m de long pour 4m de large, avec une hauteur variant de 2 à 3 m.

Avec une superficie de 40 hectares, le plateau en forme de quadrilatère surplombe également la vallée du Durgeon au nord-ouest et le village de Vaivre-et-Montoille au nord-est. De ce côté-là du site, on peut même apercevoir les Vosges Saônoises par beau temps.

En plus de proposer une jolie promenade, le Camp de César permet la pratique de plusieurs sports : les falaises sont équipées pour l’escalade et une piste d’envol de parapente et de deltaplane est aménagée.

Le site possède aussi son lot de curiosités, notamment des roches remarquables ; la Guillotine, située sur la Côte de Gradion est une longue fente avec un bloc suspendu qui semble sur le point de tomber comme le couperet d’une gillotine. Un long rocher au-dessus du vide ressemblant à une tasse avec une anse est surnommé "le Pintet". "La Pierre qui Vire" est la plus importante : selon la légende, elle tourne sur-elle-même tous les cent ans, à minuit, le jour de Noël et fait alors tourner les têtes de ceux qui s’en approchent.

 

Camp-de-Cesar-11
CHARIEZDSC00908studiogamelon
Camp-de-Cesar-30
DSC0230
Camp-de-Cesar-32
Camp-de-Cesar-8
Camp-de-Cesar-24
Camp-de-Cesar-3

Label Accueil Vélo

Imprimer

Accueil Vélo est une marque nationale qui garantit un accueil et des services de qualité auprès des cyclistes le long des itinéraires cyclables.

Avec Accueil Vélo, soyez bien reçus chez les prestataires de services partenaires de France Vélo Tourisme !

La maison du Tourisme labellisée Accueil Vélo

Un établissement Accueil Vélo c’est la garantie pour le touriste à vélo de :

  • Se trouver à moins de 5km d'un itinéraire cyclable
  • De disposer d'équipements adaptés : abri à vélos sécurisé, kit de réparation De bénéficier d'un accueil attentionné : informations et conseils utiles (circuits, météo, ...)
  • De disposer de services adaptés aux cyclistes : transfert de bagages, lavage et séchage du linge, location de vélos et accessoires, lavage des vélos,...

Découvrir les établissement Accueil Vélo

 

Label Accueil Vélo

Agglomération de Vesoul

Adresse
6 rue de la Mutualité
70000 VESOUL
Téléphone
03 84 97 12 97

Ville de Vesoul

Adresse
58 rue Paul Morel
70000 VESOUL
Téléphone
03 84 78 64 00

Soyons connectés