Imprimer

Le sabot de Frotey-les-Vesoul

Le sabot de Frotey les Vesoul

La Légende du Sabot  

Sur le rebord de la corniche calcaire, au nord de Frotey et face à la Motte, les vents, les pluies et le gel, ont sculpté la roche en forme de sabot. L'imagination populaire, frappée par le travail de la nature, a inventé, pour l'expliquer, une légende.  

Le seigneur qui tenait le château de Montaigu, verrou de la vallée du Durgeon à quelques kilomètres au nord, partit pour la croisade. Il laissa sa jeune femme sous la garde de son chapelain et sous la protection de quelques jeunes bacheliers. Il était absent depuis déjà plusieurs mois, lorsqu'un soir, un chevalier tout de noir vêtu et monté sur un cheval noir demanda l'hospitalité pour la nuit. On la lui accorda volontiers. A la veillée, il se révéla un conteur merveilleux qui, par sa verve, enchanta la châtelaine et ses gens, depuis longtemps habitués aux veillées moroses. On l'invita à repousser son départ. Les jours s'écoulaient et nul ne se lassait de l'entendre et lui-même semblait avoir oublié qu'il n'était que de passage. Un soir qu'il était seul avec la dame, il lui tint des propos très tendres, avec une telle ardeur qu'elle était sur le point de succomber au moment où, dans la vallée, retentit une sonnerie de trompettes. Le mari revenait opportunément de Terre-Sainte. Le diable, car c'était bien lui, n'eut que le temps sauter par la fenêtre, si vite que, dans son élan, il perdit sa chaussure. Elle tomba sur le rebord du plateau, où elle se pétrifia.  

C'est le Sabot de Frotey !

 

Imprimer

La réserve naturelle du Sabot de Frotey-lès-Vesoul

  • Coronille_variee
  • Dectique-verucivore
  • Heliantheme_numulaire
  • Moutons-de-la-reserve
  • Orchis-pyramidale
  • Priarie-à-Orchis-bouffon
  • ecureuil
  • libellule
  • pelouse_seche

 

La réserve naturelle nationale du Sabot de Frotey-lès-Vesoul occupe un plateau calcaire un peu bombé terminé à l'ouest par une falaise dominant la plaine du Durgeon où se situe la ville de Vesoul.  

Le plateau était à l'origine recouvert par une forêt, exploitée dès le Moyen-Age. Par la suite, le site fut consacré à diverses cultures et au pâturage itinérant. Il avait un rôle économique important : les habitants de Frotey pouvaient y mener paître leurs vaches, chèvres et moutons.  Ces pratiques ont longtemps permis de conserver un paysage ouvert de pelouses sèches.  

Après 1960, le Sabot a été abandonné au profit de pâturages plus productifs. Ceci a eu pour effet un début d'envahissement des pelouses par les arbres et les arbustes comme le pin noir d'Autriche et le buis.  

La réserve nationale a été créée en 1981, sur 98 ha de la commune de Frotey, dans le but de préserver les pelouses qui présentent un intérêt écologique élevé.   Pour limiter l'expansion des ligneux sur la pelouse, on pratique depuis 1988 des coupes (pins, buis, épineux ...) et depuis 1992 des fauches tardives sur certains secteurs.  Depuis 2000, un petit troupeau de moutons a été réinstallé qui contribue, par son pâturage extensif, à une bonne diversité de la flore et de la faune. Cette configuration est donc favorable à l’expression de plantes et animaux de milieux chauds et secs, peu fréquents dans le secteur.  

Parmi plus de 380 plantes inventoriées, rares ou plus banales, soulignons le cas de l’hélianthème des Apennins qui fleurit abondamment de mai à juin sur la corniche. Une vingtaine d’espèces d’orchidées se partagent les pelouses, haies et taillis clairs.  

Parmi les nombreux oiseaux, l’alouette lulu, le pic noir… retenons la présence de l’engoulevent d’Europe, étrange oiseau crépusculaire et nocturne qui dépend de la riche faune entomologique, dont les orthoptères (grillons, criquets et sauterelles) et les papillons nocturnes (plus de 500 espèces).   Des inventaires (papillons, champignons ...) et suivis scientifiques divers (orthoptères, oiseaux, orchidées, groupements végétaux ...) permettent de suivre l’évolution de la faune et de la flore, ainsi que l’impact des travaux de génie écologique.  

La Réserve est pour moitié communale, pour moitié partagée entre plusieurs dizaines de parcelles privées.  Le promeneur, qui est le bienvenu, est cependant invité à respecter soigneusement les barrières, portillons et clôtures. Il accède librement aux sentiers balisés qui conviennent parfaitement à une ou plusieurs visites naturalistes de la Réserve.  Des sorties guidées interviennent chaque année sur ce fragile espace périurbain.

Pour plus d’informations :  LPO Franche-Comté 7 rue Voirin 25000 Besançon – tel 03 81 50 43 10 

Partager cet article