Imprimer

Andelarre

Andelarre 

Un peu d'histoire

 

Selon le dictionnaire étymologique de Dauzat et Rostaing, Andelarre serait tiré du nom germanique Ando et du nom commun Lar, signifiant clairière. En fin de compte « dans la clairière ».
En 1225, l’obituaire de l’église métropolitaine de Besançon fait état du décès de l’archevêque Gérard lequel fit don à la cathédrale de tout ce qu’il possédait dans les villages d’Andelarre et Andelarrot.
L’histoire du village d’Andelarre est intimement liée à la famille « de Jacquot » et aux descendants de cette famille.
Un couvent de Templiers a existé au lieu dit « en frères ». Cette maison de Templiers fondée au 12ème siècle relevait de la commanderie de Sales.
La pierre d’Andelarre est fort réputée, une bonne partie de la ville de Vesoul a été bâtie avec cette pierre. Une ancienne carrière existe, mais n’est plus en exploitation. En 1969, de très importantes quantités de pierres ont été emmenées par camions pour remblayer une partie de la plaine de Vaivre sur laquelle s’édifie la zone industrielle de Vesoul-Noidans.

A découvrir

- Dans le haut du village, sur la route de Mont le Vernois se trouve une statue de la Vierge à l’Enfant ( 1911).

- Le lavoir du village installé, comme les fontaines, par le Marquis Jules d’Andelarre.

- L’Eglise petite, mais fort jolie fut construite vers la fin du 17èmesiècle en remplacement très certainement de la chapelle primitive.
Le clocher est à toit bulbeux, très fréquent en Franche-Comté.
A l’entrée à gauche se trouve une Vierge assise à l’Enfant, du 14ème siècle.
En face un crucifix datant du 18ème siècle.
En arrière de l’autel une toile peinte figurant l’Assomption de la vierge. Ces objets sont inscrits sur l’inventaire supplémentaire à la liste des objets classés aux monuments historiques.
Le dallage de l’église est presque entièrement composé d’anciennes pierres tombales
Devant l’autel se trouvent celle des Jacquot, anciens seigneurs des lieux.